IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'IA basée sur Microsoft Azure est retenue par la police de Nouvelle-Galles du Sud
Elle apporte une analyse plus rapide et aide à l'examen des preuves

Le , par Bruno

6PARTAGES

4  0 
Microsoft a récemment collaboré avec la plus grande agence de police d'Australie pour conteneuriser le traitement cognitif de la plateforme d'enquête principale dans Azure et renvoyer les résultats. « La police de Nouvelle-Galles-du-Sud s'est officiellement engagée directement auprès de Microsoft Australie pour l'aider à concevoir et à construire le centre de données en cloud Microsoft Azure », a déclaré un porte-parole. La police de Nouvelle-Galles-du-Sud a "insufflé" à sa plateforme d'information des services d'intelligence artificielle et d'apprentissage automatique basés sur Microsoft Azure afin d'accélérer l'analyse des preuves vidéo et audio. Le directeur de l'information et des technologies, Gordon Dunsford, a déclaré que la solution avait permis de réduire de plus de moitié le temps passé par les agents à évaluer les images de vidéosurveillance, libérant ainsi du temps pour le travail de première ligne.

En avril de cette année, la police de Nouvelle-Galles-du-Sud a opté pour un cloud hybride multifournisseur pour ses besoins futurs en matière d'infrastructure informatique, et travaille actuellement à la mise en place d'un centre de données Azure de niveau protégé dans le cadre de ce qu'elle appelle ‘Azura Cloud Project’, afin de soutenir son programme de transformation numérique. Dans le cadre de ce programme, la police de Nouvelle-Galles-du-Sud prévoit de retirer, ou de remplacer plus de 200 systèmes existants par des systèmes basés sur le cloud. Le directeur de l'information et de la technologie, Gordon Dunsford, a précédemment déclaré que le cloud hybride avait été choisi en raison de la « coexistence nécessaire avec les systèmes informatiques existants sur site ». La police de Nouvelle-Galles-du-Sud a déclaré que le projet consistera à construire les « fondations du cloud » qui « prendront en charge une série d'applications qui sont soit prêtes pour le cloud, soit sur le point d'être livrées ».

Microsoft Azure deviendra le premier « centre de données en cloud » de la police de Nouvelle-Galles-du-Sud. Elle aurait conclu un contrat de 619 000 dollars avec Insight Enterprises pour fournir des services professionnels de conception et d'ingénierie Microsoft Azure au cours des 10 prochains mois. Elle a l'intention d'utiliser Azure pour prendre en charge une série d'applications, notamment le système d'exploitation intégré de la police (IPOS) qui remplacera son ancien système central de maintien de l'ordre (COPS). L'IPOS, ainsi que la plateforme d'analyse sont considérés comme les « éléments de base » d'un « cloud de preuves numériques » qui a été construit et testé avec Microsoft et qui est prêt à évoluer.


Une analyse plus rapide

Après avoir passé des mois à former les services cognitifs Azure, la police de Nouvelle-Galles-du-Sud a mis l'IA et le ML au travail en analysant des preuves vidéo et audio à partir de la plateforme insights en février. Ce faisant, la police a pu « interpréter automatiquement et rapidement des pétaoctets de séquences de vidéosurveillance afin de fournir un accès rapide à des pistes que les agents peuvent suivre ». Dans l'ensemble, environ un téraoctet de vision par ordinateur est extrait chaque jour à l'appui d'enquêtes, notamment à partir de caméras de vidéosurveillance, de caméras corporelles et de caméras embarquées. La police de Nouvelle-Galles du Sud utilise également Azure pour la transcription de la voix en texte, des interrogatoires de police, ce qui attire l'attention d'autres organismes d'application de la loi, tant en Australie qu'à l'étranger.

« La solution peut reconnaître des objets, des véhicules, des lieux, et même le sac à dos d'une personne ou la cravate d'un homme, déclaré le directeur de l'information et des technologies, Gordon Dunsford. Elle a déjà été utilisée dans un certain nombre d'enquêtes et s'est avérée extrêmement efficace. Il a considérablement accéléré les enquêtes et a aidé la police à obtenir un résultat en une fraction du temps ». Raj Bhaskaran, l'architecte principal de la plateforme d'analyse de la police de Nouvelle-Galles-du-Sud, a déclaré que les services cognitifs avaient fait l'objet de tests et de formations approfondis avant d'être utilisés. « Nous nous sommes engagés avec les parties prenantes dans ce domaine pour nous assurer que nous construisons et déployons correctement cette technologie de pointe », a-t-il déclaré.

Cloud de preuves numériques

Les données de la police de Nouvelle-Galles-du-Sud étant actuellement stockées dans d'anciens systèmes, Joseph Ontedhu, architecte d'entreprise en chef de la police de Nouvelle-Galles-du-Sud, a déclaré que les agents téléchargent actuellement des métadonnées dans la plateforme Insights. « Disons qu'ils veulent savoir si la police de la Nouvelle-Galles-du-Sud dispose d'un système de télévision en circuit fermé ou d'un système de télévision en largeur... ou même d'une voiture de police spécifique à un certain endroit et à une certaine heure, ils peuvent effectuer ces recherches », a-t-il déclaré.

Selon Dunsford, cette capacité, qui sera étendue au fur et à mesure des progrès de l'IPOS, augmentera considérablement la quantité d’informations pouvant être collectées et analysées. Lee Hickin, responsable national de la technologie chez Microsoft Australie, a déclaré que la collaboration avec la police de Nouvelle-Galles du Sud sur ce « programme de travail révolutionnaire » avait été un privilège. « Les officiers de police ont immédiatement reconnu que cette solution peut accélérer l'analyse des preuves, accélérant ainsi la justice et les libérant pour des travaux importants de première ligne », a-t-il déclaré.

« Les capacités cognitives promettent de jouer un rôle de plus en plus important dans toutes nos vies et ceci est un exemple clair d'IA et de Machine Learning utilisés pour le bien de toute la communauté. » La police de Nouvelle-Galles-du-Sud étudie maintenant comment elle peut exploiter davantage le service cognitif Azure pour soutenir davantage la plateforme d'insights et accélérer d'autres travaux de police.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

:fleche : Microsoft permet à davantage de services Azure de s'exécuter n'importe où grâce à Azure Arc

Azure adhère à la protection des données dans le cadre du Code de Conduite Cloud de l'UE, une centième offre de conformité pour le service de Microsoft

« L'IA n'est ni artificielle ni intelligente », selon Kate Crawford de Microsoft Research, l'universitaire estime que cette technologie donne du pouvoir a des institutions déjà puissantes

Un système d'IA pourrait aider à contrer la propagation de la désinformation avec une précision de 96 %, grâce à un mécanisme qui détecte les comptes de médias sociaux à l'origine de ces campagnes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !